dimanche 24 mai 2020

Quarantaine à l'aube de la Cinquantaine.

Ca fait du bien de repartir le moteur enfin! C'est quand même long....passer des jours et des jours à tout torcher, faire notre snatchel d'hotel, inventaire de ce qui reste au bateau, changement d'huile, etc etc!
Mais ce qui est fait n'est plus à faire, ou ben ne le sera pas à faire à la marina d'indiantown ou c'est le festival des moustiques, alligators, eau brune et poussière ad nauseam. Ca parait-tu qu'on l'aime notre marina?

La bouffe aussi est presque toute mangée, un frigo sur les deux est nettoyé et débranché, le congélateur c'est pareil....En tant que peuple nomade on promène toutes nos huiles, condiments, plusieures cannes, en gros tout ce qui est entamé est traîné dans nos déplacements.

Pis ca en fait des caisses de condiments! huiles d'olive, de peanut, noisette, tournesol....même chose pour les vinaigres, les épices c'est pire: sumac, berbère, dukkah, sel de champignons, non non non, j'vous ferai pas la liste... je m'arrête tout de suite!

Allez hop, on largue les amarres!


L'application sur le cell pour faire les douanes me scie encore....
Pas besoin de sortir du bateau!?
Fini le gros douanier avec sa grosse moustache ébouriffée, toujours fâché pis en tabarnak!!
Chaque an on se demandait si il allait encore être là, pis comme c'était rendu son habitude, nous faire peur de représailles vagues mais quand-même terribles....
Pouf! Parti le gros con! 

Faut dire que quand on arrive aux États-Unis D'Anxièté on est plus fragiles, on vient de quitter un monde presque parfait pour nous, habitués d'avoir aucune contrainte sauf de pas se tuer, ou noyer, ou couler, pis idéalement de pas se blesser....Facile!


Y'avait une chose que je surveillait, c'est le nombre de milles nautiques qu'on a fait ensemble moi et Nancy, Y'avait une bouteille de champagne prête pour quand on allait avoir navigué 10 000 miles nautiques sans pilote automatique!



Ben on l'a bue quand-même, mais on s'est pas rendus au but. il nous reste 12,3 miles nautiques à faire avant d'avoir atteint le 10milles....pis on y a ben pensé à faire un aller-retour quelque part de plus...mais messemble que c'est tricher.

Maintenant qu'on est arrivé, on clenche les choses, le char est vidé pis rechargé, on a mis Charlotte au Pâturage, et on se prévoit un plan pour les hôtels pleins d'amaricains malades et contagieux....

La procédure est simple:
On veut une chambre qui est vide depuis plusieurs jours.
On fait le check-in sans bagages.
On retourne au char pis on se désinfecte les mains avant de toucher à quoi que ce soit.
On va à la chambre, un des deux ouvre la porte. L'autre va porter le snatchel dans le bain.
On passe des lingettes chlorox partout ou on peut toucher.
On se désinfecte les mains.
On prend une bière.

Pis ensuite on se demande ben pourquoi on est parti, on est dans l'épicentre!
On répète ca quelques fois, et on fini par arriver aux douanes Canadiennes.
Ca fait comme dans un film, les routes sont désertes!! Une seule guérite est ouverte.

On se demande si on aura la même douanière que les 2 ans d'avant, qui pose exactement les mêmes questions dans le même ordre pis qu'à un moment donné, on voit qu'elle a cette sensation de déjà vu...

Pis après elle se souvient de nous pis nous laisse partir...
Ben non, c'est une nouvelle.

La quarantaine.....
On a la chance d'avoir des amis qui ont un condo vacant, pis on a la malchance d'avoir une marina qui reste fermée jusqu'a nouvel ordre....


Nancy fait des casse-têtes sur la table de la cuisine, 


Pis sur le plancher du salon.
Moi je magasine un pilote automatique.
C'est le retour progressif?

On se revoit à la fin de l'été!
Ciao/bye!





dimanche 17 mai 2020

Bonne Chance Bahamas!

C'est la 13ième saison de Charlotte, peut-être qu'on a amené la poisse aux Bahamiens?
On râle tous sur les conséquences de la pandémie, mais on a pas eu un ouragan qui si je me rappelle bien aurait qualifié pour un catégorie 6 qui se pointe et qui fait du parking pendant plus de 30 heures au dessus des Abacos....Un vrai blender de vent.
T'imagines le bruit? 
C'était un immeuble en acier, les poutres sont tordues comme du fil de fer,


Des catamarans de 50 pieds qui volaient....

J'ai demandé au gardien si je pouvais pas lui pousser un brun pis ramasser des équipements, il a hésité! mais c'est non....

Faque les Abacos ont eu une bonne baffe avec Dorian, ils se remettaient bien dans notre coin, moins ou pas pantoute à Marsh Harbour, la 3ième plus grande ville des Bahamas.
Pis la Pandémie est apparue...
Tout ce qui venait d'ouvrir à refermé comme une moule, ou ben une huitre.

Y va ben falloir qu'on quitte, la saison des ouragans s'en vient en plus!
On commence à déjà avoir des lignes de grains impromptues...
Comme d'habitude on est en mode surveillance d'une fenêtre météo, Charlotte est prête,  pleine de fuel, la bouffe qu'on bouffera pas est dans le bunker.


Y'a pas plus belle fenêtre météo que ca!
Ah oui, on aurait pu pogner un mahi mahi mais on est pas assez bon, ou pas assez chanceux.

Y'a des cargos et des bateaux de croisières qui brettent, notre système d'identification de navires (AIS) nous donne leurs noms et ce qu'ils font, on compte 6 paquebots qui foutent rien, un fait route à 1,4 noeud, un à 2,1noeud....l'autre qui se laisse dériver dans le gulfstream....
C'est très très bizarre de les voir rien faire, ils sont tous près les uns des autres, ils sont vide de passagers et surement avec un équipage réduit. Ca doit être complètement fou d'avoir un si grand bateau pour juste la gang d'employés!

J'espère qu'ils en profitent comme il faut!!!!

Charlotte va bien, pas de problème de moteur, pas de problème tout court!
On arrive en vue des USA et ce se sent, ca pue en fait!
On rentre dans l'inlet de Stuart, une première pour nous, parce que d'habitude on va à Fort Pierce, y faut s'ancrer because on est des pauvres qui prenons pas de marina.
Pis là on téléphone aux douanes, ils nous donne un numéro à 25 chiffres et on doit aller à l'airport dans les 24heures, avec le numéro à 25 chiffres.
Après on doit mettre le moteur sur le zodiac et aller au quai des clients du resto/bar de la marina, ensuite le maître de port nous fait chier jusqu'a ce qu'on lui dise qu'on va boire une bière pour devenir ''client'' on call un taxi, on va à l'airport faire notre entrée pis on reprend le taxi jusqu'a la marina.

C'est long et platte, et cher, et con!

Ben c'est plus nécessaire! Charlotte est un navire Amaricain! plus besoin de cruising permit!
Donc! je disait....on s'enfile dans l'inlet de Stuart, parce qu'on a des amis qui ont une bicoque avec un quai à moins d'une heure, et comble de malchance, ils sont encore aux Bahamas!

Une fois le bateau attaché, ben....y faut faire les douanes, et c'est là que ca devient intéressant!
On ouvre une application sur le cell, CBP ROAM
Et on répond aux questions, ''avez vous visité une ferme dans les 3derniers jrs?''
''ramenez vous des animaux'' etc etc, ca dure un gros 3minutes et puis un type nous parle, demande a voir nos faces, dit que Nancy ressemble à la photo de son passeport, Ils nous fait même quelques farces et bingo!
On a fait notre entrée à partir du bateau, en moins de 4minutes!
J'ai même pas eu le temps de faire 2 cocktails!

On est en avance pour notre rendez vous de la marina ou on sort Charlotte de l'eau....alors quelques jours qu'on sera là, on se réhabitue à voir des maisons, des gens...
On va pouvoir nettoyer le bateau, préparer nos affaires pour faire ca vite une fois rendu à la marina.

Pis la bicoque de nos amis est ben correcte, laveuse/sécheuse, eau, douche, bref le luxe sans fin!


On sort pas du terrain, la Floride gère la pandémie comme des connards, 


Pis anyway on est ben trop occupé par tout ce qu'il faut faire, on veut arriver à la marina, sortir nos affaires du bateau et sortir le bateau de l'eau et partir vite vers le nord et le frette.
Desfois on se demande pourquoi!?!?




samedi 2 mai 2020

On fait quoi?

Ben oui, On fait quoi?
Le pays resserre les libertés de plus en plus.... Plus le droit de bouger le bateau.
Plus le droit d'aller se promener, on peut aller chercher du fuel les lundis et vendredis seulement.
Ils ont fait une liste des bateaux ''autorisé'' à circuler, mais y faut s'annoncer (à la radio) au départ et (supposément) en arrivant, et dire pourquoi on bouge....

Y'a un ti groupe de boaters qui deviennent les yeux et les oreilles de l'autre ti groupe du conseil municipal. Le conseil municipal qui n'a aucune autorité, ils sont pas la police, ils sont pas le Royal Bahamian Defense Force.....

Mais ils interprètent les directives du gouvernement. N'importe comment.

Voilà un exemple:
Les services humaitaires qui produisent de l'eau potable ont le droit de produire de l'eau, mais les habitants peuvent pas y aller pendant le ''lock down'' (couvre-feu  de 2jrs les fin de sem) 
On a aussi eu un lock down de 5jrs!

La ville voisine dont je parle, c'est à eux que je paye mes taxes municipales, ben ils interdisent aux bateaux de passage de s'ancrer, On parle pas d'aller à terre, juste mouiller l'ancre et se réfugier!
Ah pis ils peuvent pas prendre du fuel, ni de l'eau, ni faire d'épicerie....
En gros les lois maritimes sont parties prendre une marche, et le gros bon sens avec.

Ils ont même fermé TOUS les liquor stores!!!
Y'a un Bahamien à Nassau qui s'est retrouvé en prison pour 2ans parce qu'il a volé 4 bouteilles de vodka!

Une maudite chance qu'on est autonome! On avait fait le plein  de fuel quand on a réalisé que l'étau se resserre, pis pour le reste on est correct.
Dénonciations, paranoïa, mauvaise interprétations des règles du premier ministre, un membre du conseil municipal s'est fait confisquer ses fusils parce qu'il menaçait de descendre un type en bateau qui passait trop près à son goût, la peur de la contamination.....

Ben c'est ca qui se passe chez nous, ou ben chez eux parce que de notre île à une heure de là, on nage quand même (wow, les nerfs! la pêche de subsistance est permise), pis on écoeure pas un bateau qui vient mouiller son ancre pour la nuit....

Faque il reste qu'a montrer des souvenirs plaisants......
 

Les pizzas sont un lointain souvenir, mais c'était donc ben bon!

Du temps que les partys sur la plage étaient une réalité!

Le chef Micheal Howell qui nous en fait une, world class chef sur notre beach!!

La plage est un peu maganée par l'ouragan, mais c'est quand-même pas si pire....
On espère que la prochaine saison des ouragans sera pas trop active, les Abacos sont encore en train de se relever, pis maintenant avec le virus ils en sont à 2 prises.....

Nancy me pointe le fish qu'elle veut manger, moi j'essaie de pas le rater!


Hog fish!

C'est notre banlieue, tout au fond on voit une île avec des points blancs, (des maisons)
c'est là que ca se passe.....Les contrôles, la gestapo....on y va pas souvent mais on leur souhaite que le meilleur, et on comprend aussi... les Bahamiens sont à 40% diabétiques, ce qui les rends plus vulnérables et ils ont en aucun cas les facilitées médicales qu'on s'attend à avoir dans notre réalité.

C'est donc la fin de la saison.....
On se casse.

Y'a des plans pour l'an prochain, voici un indice:

''un indien zarbi à moitié à poil"





samedi 21 mars 2020

croisiere maladie

Ben oui, Un post facile à faire, le sujet m'est tombé dessus sans que j'aie le choix.....
Qu'est ce qu'on fait, Giiiiilles si il a une mettons....Pandémie?



Tu passes tout ton temps sur ton téléphone, parce que ca va t'aider à te contruire une bonne base d'anxiété, pis tu cours t'acheter du papier cul, parce que tout le monde se garoche sur le papier cul.
Pis tu t'isole, comme Nancy sur la photo, le plus loin possible sur le petit bout de swim platform en arrière du bateau.
Avec ton cell, pour être sur que tu puisse suivre l'évolution seconde par seconde hein!! 


En fait nous les gens de bateau, on est plus près des survivalistes que l'on voudrait bien l'avouer, faut dire que les émissions de télé les ont décrit comme des abrutis qui se préparent à survivre à être les derniers après une guerre mondiale, ou ben à un clonage effréné d'Éric Lapointe.
Ou ben des zombies, ce qui fait qu'un survivaliste passe pour un amoureux des guns qui s'efforce d'être un mix entre Chuck Norris et Arnold swatchstboing doodlennegger.


Mais! Nous les boaters on stock de la bouffe, on sait combien de poivre noir on consomme par mois, combien de café etc..
Et on le fait pour pouvoir continuer à vivre comme des gastronomes mais dans un atoll reculé qui ferait envie à tout influenceur/euse qui se respecte. 


Y'a un bon coté à toute cette préparation, si le moteur casse, (riez pas, ca s'est déjà vu)
Si jamais t'as la chance de te faire plein d'amis, si jamais si....si jamais ça....
Ma mère appelait ca des ''réserves de guerres'' quand j'étais petit.
Bon, ses réserves pis les miennes sont pas pareilles, une canne de macédoine ca se compare pas à  du smoked meat, ou du gravlax....ou du champagne ou ben des truffes pis une tonne de bacon, mais bon, on est pas là pour pointer qui que se soit du doigt.

Le confort de la douche quotidienne nous a aussi fait acquérir un water maker, pis c'est très ''survivaliste'' de produire son eau douce, le solaire lui prend en charge la machine qui fait des glaçons,  le cellier, les 2 frigos et le congélo....le cinéma maison climatisé et netflix sont là pour les soirs tranquilles....



Les trucs des boaters sont aussi comme isoler les oignons les uns des autres pour pas qu'ils se toussent pas dessus, ils vieillissent bien et plus lentement,  bref y'aura pas beaucoup de plaisanciers ni beaucoup de fermiers qui seraient mal pris si y'avait une mettons....
Pandémie.


Pouvoir rester loin des autres, pouvoir s'isoler sous l'eau et revenir avec du fish ou ben des langoustes, ou encore avec un coffre remplis d'or et d'émeraudes c'est assez rassurant.

Un autre truc qui est rassurant c'est un Martini Espresso.
Si vous êtes un peu anxieux because of the news, c'est ce que je recommande.

Ah, n'ayez crainte, Nancy s'isole pas comme ca because je covide, ou ben because je faiz de la fever...
C'est because on n'avait jamais eu de swim-platform avant!


dimanche 16 février 2020

Side Trip!

Hello les Cocos!
Avec notre nouvelle Charlotte, on veut aller voir ailleurs si on y est, et avec  nos amis Phil, fils and girlfriend, plus ses amis Ben & Terry on va aller dans le Bight of Abaco voir si y'a pas de quoi de cool.
Le Bight est pas un endroit fréquenté, pour y entrer y faut passer dans peu d'eau, le sondeur crie qu'on va s'échouer, on tire 3,5 pieds et on voit 3,6 pieds à un certain temps...
Y'a 3 îles au sud, près du Providence Channel, un bras de mer qui nous amènerait aux Berrys.
Le village s'appelle ''Hard Bargain''
Jadis un village qui faisait le traffic de drogue, on voit encore un bateau cigarette gris, mais depuis ils vivent de pêche. Les gens sont vraiment mais vraiment sympatiques, y'a rien mais c'est pas grave.


En allant s'ancrer nous et les 2 catamarans, on passe pas loin d'un type qui est debout dans une barque délabrée, y fait des grands signes, Faque je dis aux autres que je crois bien que le gars, là y veut peut-être de l'aide, (y vente en masse et y'a pas de moteur) peut-être qu'un remorquage jusqu'au village?

Ben non, il veut seulement nous dire les meilleurs endroits pour ancrer....

On explore le dédale de mangrove, c'est un beau trou à ouragans, ou bien un beau trou pour se cacher, On passe devant ''Miss Charlotte'' et d'autres, 

Plus tard on se promène au village, les seuls blancs de l'île c'est nous!
En jasant on apprend qu'il y a des caves, on compatis avec les habitants, mais rien de nouveau, des caves on en a plein les routes au Québec, on voit des caves pis des morons régulièrement...


Non! des Caves en anglais! 


Ben oui on va faire les caves dans leur caves...!





Demain nos amis vont aux Berrys, nous pas. la mer sera dégeulasse, pis y'a 2 autres îles qu'on veut voir, dont une île que Disney à acheté, pour ses croisiéristes, avec un faux village pis une piscine et des palmiers et surement quelques bars et probablement un tiki hut...
On a pas le droit d'y aller mais c'est justement ca qui est le concept.
Peut-être qu'on arrivera à se faufiler parmis les touristes et grabber un cheese burger?

Ben non, on est trop cave, en fait JE suis trop cave....
y vente en fou de cave et derrière nous c'est l'océan, la nuit tombe sur l'ancrage et je me dis que je devrais peut-être mettre une deuxième amarre au Zodiac, pis je me souviens plus pourquoi je l'ai pas fait, mais le lendemain on est sans Zodiac.

Avec les vents y devrait être pas loin de Nassau.
On peut plus explorer quoi que ce soit, sauf si on y va en nageant....
On se met donc en ''mode solution'' encore une fois pour trouver un new Zodiac, avec moteur, et on regarde les cartes pour remonter au Nord des Abacos..... 


vendredi 7 février 2020

Retour au bercail

On l'a eu notre fenêtre météo!
On quitte le quai de nos amis pour aller se positionner sur ''les starting blocs'' comme chaque an, routine....
En passant devant des maison unifamiliales, et aussi de plus petites maisons... 

Le quai qu'on vient de quitter, la dernière acquisition de mon ami, lui a coûté plus de 600 miles piastres, et on peut donc conclure que celle ci est dans les mêmes prix, même plus because of the location....

Lake Worth, juste à coté du turning bassin ou les paquebots tournent et partent avec leurs touristes....c'est à chaque fois la même émotion, on y est parce qu'on va suivre le même chemin que le gros truc blanc, demain. Chaque fois qu'on est la c'est parcequ'on va sortir demain. Tout est attaché à bord, on est toujours un brin nerveux, le ''panic bag'' est prêt, on a discuté de quoi faire et comment si on doit abandonner le navire.
C'est un peu bizarre de partir pour les vacances en prévoyant qu'on pourrait devoir sauver nos vies et tout laisser derrière mais c'est mieux d'avoir un plan qui sert à rien que de pas avoir de plan.

La Charlotte va plus vite, alors on se fait pas chier pis on quitte APRÈS le lever du soleil! 
Ben plus fun de voir qui arrive dans la passe, y'a quand même du traffic.....



Pis on a bien choisi, ca beauci de plus en plus pour devenir calme et parfaitement boring, ce qui exactement ce qu'on veut.
On arrive sur le banc des Bahamas au coucher du soleil, pis ca devient moins boring d'un coup.
On est a plus d'une heure du banc, donc dans des milliers de pieds d'eau, faque pas possible d'ancrer.
Le moteur perds des rpm.
Il hésite, mais crève pas...il reprend ses rpm...
On est trop loin de tout, pis pas sur les routes fréquentées, y'aura pas d'aide si on en demande.
Le moteur reperd et reprend ses rpm, il s'arrête pas mais moi je ne fais que vouloir me rendre au banc, au moins on pourra ancrer si on doit, faudrait pas dériver comme des cons hein?

On continue, le moteur continue lui aussi de roter de temps en temps, mais tant que ca marche je vais pas l'arrêter! Si on peut se rendre près d'une île on pourra toujours traîner le bateau avec le zodiac et se protèger des vents si mettons le moteur décide de casser...
Nav de nuit....c'est moins stressant parce que bien qu'on perd des rpms, on les reprends chaque fois, pis ca devient routinier.
Ah oui, un rpm c'est révolution par minute du moteur, il ralenti, autrement dit.
On arrive quelque part, on ancre pis on se couche. Le lendemain le moteur démarre plus.
Je saigne les filtres à fuel, pompe à fuel pis ca redémarre.
Pis 2h plus tard on recommence à reperdre des rpm.
Cette fois ca le fait beaucoup plus rapidement, mais on est sur le banc, on va à Allens Pensacola, une île ou on pourrait passer l'hiver si on veut...
   

Vroum Vroum sur le banc, le vent va forcir mais on sera ben correct à Allens-Pens.
On s'y arrête 3 ou 4 jrs, pis pendant qu'il vente en fou on détermine que y'a de l'air qui entre quelque part dans le fuel, on va direct au point ou le moteur à été branché au système de filtration, le seul point qui a été débranché pour enlever et remettre le moteur, pis c'est slaque.....
Les gars du yard n'ont pas serré les collets comme y faut.
Problème réglé!
C'est la même leçon: Check tout toi-même, fait tout toi-même!
Et enfin, on arrive.
Maintenant on commence à comprendre un peu la puissance d'un ouragan de catégorie 5
C'est étourdissant.

La ville est salement amochée, mais le moral des habitants est intact, c'est vrai qu'ils ont eu des mois pour passer par dessus le choc, pis nous on vient d'arriver...en tous cas c'est vraiment le fun de tous les voir et de voir qu'ils sont pas complètement désemparés!


Notre bunker s'en est bien sorti, mieux que nos espérances les plus optimistes, 
On avait une table de travail faite d'un plywood de 4pieds par 8pieds, bien renforcie pour supporter des trucs lourds, et elle était dehors.
ben on l'a remise sur ses pattes et C'est tout ce qu'on a eu à faire.
Le four à pizza a pris 2heures à réparer.
Home Sweet Home!



samedi 11 janvier 2020

Nouveau Départ

C'est tranquille, on attend le moteur, il quitte le nord de la Georgie bientôt et on a déjà une date de mise à l'eau....pendant qu'on l'attend on fait de la bouffe, on est après expérimenter les légumes lyophilisés, Freeze dried en shakespearien....
Croûte de chou-fleur avec champignons sauvages, œuf et bacon, parce que le bacon, c'est bon!

Le moteur est sensé arriver, mais il est envoyé à la mauvaise adresse, évidement.
Il arrive enfin en retard, ca va être chaud pour l'installer avant la mise à l'eau, pis y'a des semaines de liste d'attente pour se faire mettre à l'eau, on peut pas reporter......on DOIT l'installer!
On est un lundi, on va à l'eau mardi matin.....!!!
Encore une fois je suis assis sur la pas de la porte avant que le premier employé arrive, j'attend dans la noirceur...le boss arrive, fait semblant de pas faire un saut quand je lui lance un retentissant 
"Good Morning!"

C'est le seul truc que j'ai trouvé pour m'assurer qu'ils me consacrent du temps, même si ils ont promis, si t'es pas sur leur cas, il se passera rien.

On l'a pas échappé par terre, et on repasse la porte...



Et voilà, on va pouvoir aller à l'eau, tant que le moteur est dans la cale, le reste, je peux le faire en flottant...

La grande leçon de cette éprouvante série d'emmerdes et de délais et de devoir insister pour que le yard viennent enfin nous prendre tout notre fric c'est de ne plus jamais se mettre en position ou on doit faire affaire avec qui que ce soit.
C'est presque fini, on sens que maintenant on est sur la bonne voie..
Le bon coté c'est que j'aurai appris énormément sur le Ford Lehman, on l'a ouvert jusqu'aux pistons, 
on sait le saigner, ajuster les valves, j'ai refait l'échappement, l'électricité est refaite à neuf par le chantier, bref on est plus à la merci de personne...!
Si jamais on devrait refaire quelque chose du genre, on loue une grue pis Nancy la chauffe.



C'est fait! On va faire des longueurs dans le canal Okeechobee, du lac aux écluses pis on recommence, 30 min à 1000tours, 1h à 1200 tours etc etc, on y passe des heures mais que c'est bon de plus être dans le parking!

après on change l'huile, 12litres....pis on ajuste les valves 12millièmes de pouce pour l'exhaust et 15millièmes pour l'intake, le moteur tourne comme une horloge, on est nerveux, ben moi, pas Nancy.
Elle a une pensée logique qui lui dit que c'est normal que ca aille bien vu qu'on a tout fait selon la bible du moteur....moi j'ai encore peur que ca re-pète, je passe voir aux 30min la température de chaque cylindre, chambre de combustion, et pris ca en note....
Une épicerie de frais, plus de coussin de cash, plus de cash pantoute finalement, on quitte avec ce qu'il faut pour refaire un plein de fuel aux Bahamas et assez pour payer l'entrée au pays.

Et on se casse à Stuart passer 2jrs, pis on descend chez des amis qui ont acheté une maison sur le bord de la voie navigable, avec un quai...ils sont aux Bahamas et reviendront quand nous on traversera....


La fenètre météo est loin, mais si les prévisions à long terme deviennent des prévisions à court terme, ca veut dire que c'est crédible, jeudi prochain serait notre day!  


Y'a pire comme situation, on pourrait être pris dans un ascenseur avec quelqu'un qui pue, ou ben avoir des tounes de Kathleen en boucle dans nos têtes....